Notre village médiéval

Sur les douves d’un château, le long d’une abbaye,

Au milieu d’un gros bourg, au cœur d’un lieu de vie.

Regroupant ses savoirs s’installe notre village,

Offrant de belles pages venues du moyen-âge.

Les auvents des échoppes se redressent en avant,

Les œuvres exposées se découvrent aux chalands.

Autour du campement s’étalent les jeux de bois,

Pour les petits et grands c’est un jour plein de joie.

Et déjà les enfants envoient leurs premiers cris,

Rameutant les parents attirés par le bruit.


Les bannières ondoyantes et drapeaux claquent au vent,

Sur une même ligne les archers s’entraînant.

Les candidats se pressent en recherche d’exploits,

Pour tester leur adresse et tirer comme des rois.

 

Le son des flèches en bois transperçant les paillons

Couvre souvent nos voix en s’offrant les blasons.

Les lourdes cotes de maille commencent à scintiller,

Les heaumes et les écus demandent à parader.


Des vitraux se précisent en dessins structurés,

Les couleurs s’y reflètent en rayons colorés.

L’écriture s’enlumine de motifs serpentés,

Le calligraphe s’échine sur ses lettres, appliqué.

La grande harpe résonne et ses premiers morceaux,

Que le fifre entonne égayant les oiseaux.

 

Ce grand arc en bois d’if que notre facteur affine,

Près d’un boisseau de flèches qui semble prendre racine.

Ici les riches tissus se mélangent à la maille,

Là le beau cuir se perce, se coud et se travaille.

On affûte les couteaux on expose ses lames,

On travaille le fer on y met toute son âme.

 

En breuvages et tisanes l’herboriste vous conseille

Par ses fleurs et ses graines il distille ses merveilles.

Des ciseaux, un marteau occupant notre tailleur,

Précision et patience et toujours plein d’ardeur

Sur des sculptures de pierre pour laisser une page

Une image, un symbole, le récit d’un voyage.

 

Les effluves de garbure bouillonnent hors du chaudron,

Et retombent lentement relançant les tisons.

Et quand viendra le soir, l’hypocras va couler

S’imprégnant des histoires les badauds vont chanter.

Et quand pliant leur camp, partent les Compagnons,

Des sourires plein les dents les accompagneront.


Notre village médiéval donne des heures de bonheur,

Aujourd’hui c’est ici et demain c’est ailleurs…

 

Geoffroy de Rocquencourt
An de grâce 2017 .

 

En début d’année que voyla

Me dois-je de ne poin trop tarder,

A barguigner mettre ola

Pour nos vœux ainsi vous confier

 

 Attachons nous adhonc céans

à quelques mots plus convenants

Acceptez [ ... ]

Lire la suite

Les hommes venus du nord nous ont voulu un jour,
Ils ont donné un nom de région pour toujours
A cette terre attachante, mer et bocages autour
Le soleil et la pluie font de ce vert : amour.

Peu de fontaines [ ... ]

Lire la suite

Je fus art depuis lors je devins discipline,

Maintenant c’est un sport qu’il faut que l’on devine.

Dix mille ans dans les grottes aux parois je m’affiche.

Pharaon souviens-toi, [ ... ]

Lire la suite

Nouvelles cordes et nouveaux bois,
Nouveaux amis garant de joie,
Dame Béatrix et Sieur Guiot
Portent musiques et fabliaux.

Pinçant Guiterne tour à tour
Frottant Morache chaque jour,
Ils nous enivrent de [ ... ]

Lire la suite

L’an mil à peine passé, seigneur je t’ai prié
J’ai loué Saint Jacques là-bas à Compostelle
Ma coquille et ma foi m’ont aidé à marcher
Qu’il fut dur le chemin de Galice en Guyenne.
La nuit [ ... ]

Lire la suite

Sur les douves d’un château, le long d’une abbaye,

Au milieu d’un gros bourg, au cœur d’un lieu de vie.

Regroupant ses savoirs s’installe notre village,

Offrant de belles pages venues du [ ... ]

Lire la suite

Le vieux château offre ses dépendances

Pour les feux et les bruits de la fête

Sans jamais y prendre quelque offense

Ni envie que tout cela s’arrête.

 

Et puis l’on chante sur la musique

Pour [ ... ]

Lire la suite

Si tu veux tirer, touche la cible !
Si à viser es malhabile
Tu mettras en plein dans la nef.

Les archers ne le prennent mal 
Je fais venir tirer des fous
En champ clos dressé sur la grève
Qui n’y [ ... ]

Lire la suite

C’est la joie des enfants,
la fierté des parents. 

La patience au pas de tir
pour enfin nous sourire.
Et tirer quelques flèches
que personne n’empêche.

Sur nos anciens blasons
réussir un carton
y [ ... ]

Lire la suite

Compagnons de Roland