Des mauvais tireurs

Si tu veux tirer, touche la cible !
Si à viser es malhabile
Tu mettras en plein dans la nef.

Les archers ne le prennent mal 
Je fais venir tirer des fous
En champ clos dressé sur la grève
Qui n’y vient pas, tant pis pour lui.
On joutera pour de beaux prix
A qui touchera mieux la cible
Ou qui accède au dernier tour.
Qu’il vise bien, ni trop à terre
Ni trop haut, mais juste au milieu,
Qui veut toucher la cible au cœur
Et décoche point trop en hâte !
Beaucoup tirent bien au delà,
Tel brise l’arc, la corde, la noix,
A tel glisse la corde qu’il bande,
A tel ploie le bâti, l’affût ;
A d’aucuns le coup part tout seul
Car leur encoche était graisseuse ;
Pour tel autre la cible à bougé
Qui a perdu son point de mire,
De tel encor les nombreux traits
Sont partis tous dans le décor,
A lui reviendra le cochon
Avant le concours des meilleurs.
Mais tous les tireurs de la terre
Vous disent pour sauver l’honneur
La cause de leur défaillance :
Une excuse, une bonne raison ;
S’ils n’avaient pas mis à côté,
Sûre, ils eussent gagné le prix !
Je connais aussi des tireurs
Qui ayant ouï parler d’un tir
Où l’on vient de partout, de loin

Pour concourir à un jour dit,
Où vient l’élite des pays,

Et nul n’y a de récompense
S’il a mis tous ses traits au centre :
J’ai vu souvent ces fiers vantards
Sachant fort bien qu’ils n’auront rien
S’y rendre par forfanterie.
Pour aller jouer leur salut :
J’aimerais gagner ce qu’ils perdent
Sans compter le droit d’inscription :
Sûr, le cochon leur tend les pattes !
Certains qui visent la sagesse,
Y plantent rarement un trait
Car regardant juste à côté :
L’un tient trop haut, l’autre trop bas,
Se laisse distraire au but,
Rompent tout net leur affût,
Tel Jonathan, tirent au delà
Ou bien se brise la détente.
Qui veut toucher sagesse en plein
Il devrait posséder ses flèches
Qu’Hercule avait dans son carquois
Qui atteignaient ce qu’il voulait
Et ce qu’il touchait tombait mort.
Qui fait sa cible de sagesse,
Sache le but et la mesure :
S’il manque ou si son trait retombe,
Le tireur dans les fous se compte.
Qui vise et tire hors palissades
Ramène le cochon chez lui
A la chasse et concours de tir
On perd son temps et son argent

Extrait No 75 de la Nef des Fous 
de Sébastian BRANT en 1494

Sur les douves d’un château, le long d’une abbaye,

Au milieu d’un gros bourg, au cœur d’un lieu de vie.

Regroupant ses savoirs s’installe notre village,

Offrant de belles pages venues du [ ... ]

Lire la suite

Le vieux château offre ses dépendances

Pour les feux et les bruits de la fête

Sans jamais y prendre quelque offense

Ni envie que tout cela s’arrête.

 

Et puis l’on chante sur la musique

Pour [ ... ]

Lire la suite

C’est la joie des enfants,
la fierté des parents. 

La patience au pas de tir
pour enfin nous sourire.
Et tirer quelques flèches
que personne n’empêche.

Sur nos anciens blasons
réussir un carton
y [ ... ]

Lire la suite

En début d’année que voyla

Me dois-je de ne poin trop tarder,

A barguigner mettre ola

Pour nos vœux ainsi vous confier

 

 Attachons nous adhonc céans

à quelques mots plus convenants

Acceptez [ ... ]

Lire la suite

Venus de toutes provinces du grand royaume de France
Ils arrivent devant vous, ils sont là quelle chance !
Qu’importe qu’ils soient bien nés, si loin de nos villages,
Honneur de nos contrées de [ ... ]

Lire la suite

Les hommes venus du nord nous ont voulu un jour,
Ils ont donné un nom de région pour toujours
A cette terre attachante, mer et bocages autour
Le soleil et la pluie font de ce vert : amour.

Peu de fontaines [ ... ]

Lire la suite

Du chemin de Saint Jacques je marche avec ma foi
Vers des routes inconnues du Puy à Compostelle
J’en observe les lieux, j’en respecte ses lois
Mes pensées guident mes pas, le courage donne des ailes. [ ... ]

Lire la suite

Mes chers amis, bons Compagnons
J'aime vous savoir en réunion 
C'est animé, vociférant 
Pour bien préparer vos vingt ans.

 

Une idée forte et c'est parti
Tous à chercher des lieux [ ... ]

Lire la suite

L’an mil à peine passé, seigneur je t’ai prié
J’ai loué Saint Jacques là-bas à Compostelle
Ma coquille et ma foi m’ont aidé à marcher
Qu’il fut dur le chemin de Galice en Guyenne.
La nuit [ ... ]

Lire la suite

Compagnons de Roland