Josselin d'estienne

 Josselin

Josselin d'estienne


Josselin-bl

 


"Au coeur du bois, je touche"


Telle est sa devise

Qui suis-je

..

Légende

Légende de Messire Josselin d’Estienne, herboriste de nostre compaignie.

Né au Printemps de l’an de grâce 1127, ou ses parents étaient paysans libres attachés au fief du seigneur de Gisors dans le Vexin françois. Ainsi parti du royaume de France dont nostre roi, Louis VII le jeune est souverain. Il apprit dès son plus bel âge à connoître les forces et vertus des herbes, pierres et bestes créés soubz le ciel par nostre Seigneur Dieu. Pour ly donner la vraye santé à son entourage. Grâce à ung moine du monastère de Rouen, il apprit la lecture et l’ecriture et recopia manuscrits fort rare fait par lez maistres des médicins. C’est assavoir de Avicenne, Ypocras ,Galien, Plateaire, Plinius, Dyascorides, Almansore et moult plusieurs autres non moins expers. Il quitta cette terre envahie par les Normands qui semaient la terreur et se réfugia entre Beauce et Perche en la ville de Châteaudun qui connaissait ung essor important par le passage du chemin des pélérins de saint Jacques de Compostelle. C’est sur le marché aux bestiaux fort bien connu de Brou, qu’il rencontra Ambrosine, fille du maistre teinturier, qui devint son épouse.  Elle lui donna son cueur et fît II beaux enfançons qu’ilz prénomèrent Guillaume et Garance. Guillaume en hommage au duc de Normandie, vainqueur de Harold et Garance pour la couleur préféré de sa femme. Doncques pour faire prospérer leur échoppe d’herboriste, ilz rencontrèrent en allant de part les chemins, la mesnie de Nay accompagnant des pélerins venus du Puy. Gerfanion lui enseigna le maniement de l’arc affin de se sauver de mercenaires du Velay.  La mesnie de Nay et la mesnie d’Issay rencontrèrent les Compagnons de Roland commandé par Sire Lagarde, capitaine de quelques Francs Archiers. Iceulx furent pris dans un guet apens en Normandie près du Mont Saint Michel et durent leur saluts grâce à la vaillance de leurs arcs. Josselin et Ambrosine sauvèrent Sire Lagarde et dame Pernes et quelques autres des flots et de la vase.

Josselin leur prépara une medicine fort efficace contre la froidure mais redoutable de par son fumet. Doncques les archiers défaillants purent retourner en vraye et entière santé grâce à la potion prouffitable appelé désormais la médicine Agoud’grâ dont la recette restera secrète. 

Ainsi donsques, les diverses maisnies se joignèrent pour toujours aux Compagnons de Roland.

Le deuxième jour du mois de novembre 1147