Lagarde du Moulin de Villemagne

Lagarde

Lagarde du Moulin de Villemagne

D’argent, au rencontre de cerf d’azur, accompagné
en pointe de deux fleurs de lys du même.

 " Tout ou Rien "


Telle est sa devise

Qui suis-je

..

Légende

L’ENFANCE DE SIRE LAGARDE

De l’alliance des Ducs de lorraine et des Comtes du Roussillon, un grand mariage fut célébré en la cathédrale de Nancy, entre Messire BES de BERC et de Dame Judith de HOHENSTAUFEN

De cette union, naquit un garçon EDRAGAL, en l’an 1146 le 15 ème jour de mars, Seul héritier mâle des Ducs de Lorraine.De

Enlevé par les Ducs de BAR principaux rivaux des ducs de Lorraine suite à une succession très contestée, EDRAGAL fut perdu en forêt de Haye.

Allaité par une biche et protégé par un immense cerf, EDRAGAL fut ramené par un chasseur nommé Robin et confié à sa maîtresse Dame Sorémonda épouse de Guillaume de Cabestaing seigneur de Castelnou.

Guillaume et Sorémonda n’avaient pas d’enfant, adoptèrent EDRAGAL, lui confièrent terres, biens et château.

A Castelnou, il y appris la lecture, l’écriture, les bonnes manières et aussi le maniement de l’épée et de l’arc. Les gens du village lui apprirent le « craché du pois chiche » qui le guida plus tard à l’utilisation du trébuchet et autre mangonneau.

Très rapidement il fut chevalier et c’est durant son adoubement qu’EDRAGAL devint LAGARDE (afin d’échapper aux Ducs de BAR) et qu’il prit comme emblème le cerf qui le sauva…….

SIRE LAGARDE DU MOULIN DE VILLEMAGNE

Ses expériences en terre sainte lui ont appris l’art de la guerre avec l’utilisation de ces énormes machines de siège dont il était devenu expert en construction et en visée. En particulier à Mossoul où il y laissa son meilleur ami le comte Baudouin, touché en plein cœur d’une flèche ennemie. Il fit jurer à Lagarde de porter allégeance à son épouse en sa comté d’Avignon.

A ce moment, commence l’édification du Palais des papes. Immense chantier dirigé par quelques ingénieurs et maîtres d’œuvre dont Pernes les Fontaines épouse de feu le comte Baudouin.

Maintenant sa promesse faite à son ami, Lagarde emmène Pernes les Fontaines. C’est au pied des contreforts de la montagne noire en vallées du Grésilhou et de l’Orbiel que le moulin de Villemagne fortifié faisait tourner sa roue à aubes.

Dans les grands marchés du royaume de France lieux des tournois et des rencontres, Lagarde y défie encore de jeunes chevaliers aux joutes et combats courtois.